El Hadj Omar Tall, apôtre des Tidjanes

Publié le par Estelle S

El Hadj Omar Tall, apôtre des Tidjanes

L'apprentissage :

Il mémorisa le coran à l'âge de 12 ans, puis s'intéressa au fiqh, la "jurisprudence musulmane", au tajwîd technique de lecture du coran, à la langue arabe et aux sciences. Il fit le passage obligé à l'école cayorienne (ancien royaume du Sénégal précolonial) dans un des foyers ardents de l'islam sénégalais. 

Les voyages :

A partir de 1827 et pendant 18 ans, il fait plusieurs voyages. Il se rend au Niger où il rencontre Amadou Cheikhou, puis séjourne à Sokoto. Il traverse le Fezzan, se rend au Caire avant d'atteindre La Mecque où il reçoit les titres El Hadj et de Calife de la confrérie soufi Tidjane pour le Soudan. Après il est emprisonné par le roi anémiste bambara de Ségou. Lorsqu'il est relâché, il va dans le Fouta Djalon où l'Almani l'autorise à fonder une zawia (1841). Pendant 13 ans il prêche l'islam sunnite et la spiritualité de la tidjaniya au Fouta-Djalon d'abord, puis en Guinée en 1848.

Le jihad:

En Guinée, il prépare le jihad (guerre sainte) et acquiert une réputation de saint, rassemble de nombreux disciples qui formeront les cardes de son armée. Il occupe sans difficultés les territoires du Mandingue et du Bambouk puis, attaque les Bambaras dont il prend la capitale Nioro (1854). Luttant contre l'armée coloniale française, il fait construire un tata à l'ouest de Kayes. En 1861, il conquiert Ségou qu'il confie à son fils Ahmadou, pour partir conquérir l'Empire Peul du Macina. 

Sa disparition :

Ses disciples ont poursuivi son oeuvre, notamment son fils Ahmadou Cheikhou que les français ont combattu, le considérant comme un danger. Il aurait disparu en 1864 dans les falaises de Bandiagara au Mali. 

Mausolée d'Omar Tall dans le village d'Alwar et la mosquée d'AlwarMausolée d'Omar Tall dans le village d'Alwar et la mosquée d'Alwar

Mausolée d'Omar Tall dans le village d'Alwar et la mosquée d'Alwar

Halwar, ville natale d'Omar Tall

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article