La région de Matam

Publié le par Stelle Djisébénia

La région de Matam

Située dans le Ferlo, plaine désertique, c'est le bastion des peuls. Elle offre d'importantes opportunités économiques : l’agriculture et l’élevage constituent les principales activités, avec un degré d’intensification variant fortement en fonction de la proximité du fleuve Sénégal. Les cultures pratiquées sont le riz, le maïs, le sorgho et le maraîchage (tomates, oignons, patate douce, gombo…).

La fondation de la ville de Matam remonte au 16ème siècle, époque à laquelle Farba Boubou GAYE, originaire de Gourel Aéré actuel village de Kounghany situé dans le département de Bakel. L'histoire de Matam se résume au serment qui lie éternellement les Peuls aux Pêcheurs, plus précisément la famille JOM de Samba Malicka et la famille de Farba Boubou GAYE. Ce fut un Serment de fraternité et de cohabitation pacifique qu'aucun élément de ces deux familles n'osera transgresser au risque d'être la victime de tous les malheurs du monde. Le sceau du serment était imprimé en lettres de sang car les deux chefs de famille qui s'étaient jurés fidélité avaient versé chacun une goutte de sang sur la berge sacrée de Samba Satundé que les vagues au doux clapotis ont relayé au génie protecteur du grand fleuve. Ce serment est si cher et si redouté par les deux familles que la mort d'un membre de la famille des GAYE entraîne dans les quarante jours qui suivent, la mort d'un membre de la famille des BA dont les concessions contiguës communiquent par une petite porte intermédiaire.

Matam c'est aussi le métissage des grandes familles soubalbé (pêcheurs) tels que les FALL, les DIAW, les THIOUBOU, les SARR, les NDIONGUE, les NDIAYE et les SOW, qui a donné le beau teint indigo des pêcheurs de la localité. L'histoire de Matam c'est aussi la conquête et le partage des terres Walo ; c'est la cohabitation avec les maures beydanes et haratines, tantôt pacifique, tantôt conflictuelle, la traite de la gomme arabique, les comptoirs commerciaux qui ont favorisé l'arrivée d'autres immigrants et le développement de la cité.

L'histoire de Matam c'est également le témoignage de la résistance anti-coloniale, la prise de la ville érigée en forteresse sous la direction du commandant Paul HOLL et la construction du fort en 1857. 

Commenter cet article