La région de Kaolack

Publié le par Stelle Djisébénia

Cercles mégalithiques de Sénégambie

Cercles mégalithiques de Sénégambie

Située dans le Siné-Saloum, les deux royaumes sérères, Kaolack est un port fluvial. A la grande époque de l'arachide, c'était une plaque tournante du commerce. A l'origine, le village de Ndangane, devenu un simple quartier, a été remplacée par les colons par Kaolack. La ville fût batie sur un sol extrêmement salé. Elle est l'une des villes les plus importantes, mais problème : une saleté endémique ! Les tannes, vastes étendues dénudées par le sel et brûlées par le soleil, tiennent lieu de décharges. Lesproblèmes d'assainissement sont considérables à la saison des pluies, quand celle-ci change les rues en torrents ! A l'entrée de la ville, d'immenses piles de seccos, tas d'arachides attendent d'être transformés en huile et sur le port une file de camions vient charger plusieurs tonnes de sel pour exporter. C'est aussi le siège de la confrérie tidjane des niassènes. Chaque année un pélerinage y commémore la naissance du prophète. Mais c'est aussi le siège d'un diocèse catholique; preuve encore de la bonne entente entre les deux religions !

Kahone, ancienne capitale du saloum, avait un grand baobab sacré (aujourd'hui couché) appelé Ngouy Ndiouli : "l'arbre des circonsis" Le baobab jouait un rôle important dans la succession au trône du Saloum : le prétendant devait parcourir une longue branche horizontale sans s'agripper aux autres ; le triomphe était censé lui garantir un long règne ... Un autre baobab, appelé "cimetière des griots" accueille, les dépouilles des conteurs et musiciens de Kahone. Cette caste ne travaillant pas la terre, on redoute que l'esprit des griots ne vienne polluer et hanter les vivants. 

Le circuit des mégalithes, au sud de Nioro-du-Rip, comprend 4 sites majeurs. Le site protohistorique du Sine Ngayène, le plus fourni avec 1 102 pierres taillées réparties en plus de 150 tumuli et 54 cercles mégalithiques, dont un cromlesh double appelé "tombe du roi". Les tumuli, de simples monticules de terres ponctués de mégalithes, recouvrent des sépultures individuelles. Les cercles étaient destinés aux sacrifices humains collectifs ; les corps auraient été jetés, mains et pieds entravés, dans les fosses rondes creusées sous les mégalithes. Ces sites sont inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco. 

 

Commenter cet article