Vivre vieux, le plus bel espoir !

Publié le par Estelle

Les sages du village d'Eloubalir (la doyenne et les anciens)
Les sages du village d'Eloubalir (la doyenne et les anciens)

Les sages du village d'Eloubalir (la doyenne et les anciens)

Il n'est pas bon qu'un village soit sans vieux !
Anahaan ajakut ajim di hukin

Proverbe Diola

Je voulais rendre hommage aux plus anciens d'Eloubalir, "la vieille" et le "vieux" du village. Personne de l'île ne sachant me dire exactement l'âge de ces deux personnages mais à coup sûr, pas loin d'un siècle chacun, même plus pour la doyenne dit-on dans le village ! 

Cette dame ne sort plus, n'a plus de mobilité, ses os sont fragiles comme du verre. Mais, elle entend parfaitement bien et même si parfois sa tête lui fait défaut, elle s'est tenir une discussion faisant preuve de beaucoup d'humour ! La dernière fois, en guise de repas, elle voulait qu'on lui amène une sucette, c'est son péché mignon parait-il ! Sa mémoire lui échappe un peu, mais elle arrive à reconnaitre les gens, avec la voix. Elle a enterré tous ses fils, lui restant que deux filles. Les habitants de l'île, disent souvent : "elle nous enterrera tous !" ; personne ne croyant qu'un jour, la mort viendra...

Concernant le "vieux", le doyen du village, il a laissé son kayendo, ne participe plus aux travaux champêtres, mais reste bien présent à chaque réunion, cérémonie pour les fétiches du village. C'est un sage, un puit de connaissance, de savoir, qu'on oublie pas de venir saluer et discuter. Chacun l'appelant "apa" papa, c'est le père de tous, la mémoire du village. 

 

Vivre vieux, le plus bel espoir !

Vivre vieux, le plus bel espoir...

La vieillesse, un âge doré, bien contraire à nos sociétés occidentales où le rajeunissement est plutôt en vogue, où nos vieux sont parfois laissés, seuls, dans les maisons de retraite.

Vivre vieux est un don de Dieu ; Il est dit qu'un vieillard doit sa longévité au fait qu'il a vécu conformément à la loi des ancêtres. 

Vieillesse rime avec sagesse : l'homme atteint sa maturité tant morale que spirituelle. Lorsqu'il achèvera sa course, il rejoindra les ancêtres.

Les vieilles femmes, sont également très respectée ; il incombe aux vieilles de participer avec les hommes aux palabres mises en place pour résoudre les conflits. Mais surtout, elles participent à tous les rites concernant la fécondité et l'arrivée de la pluie. 

D'ailleurs, ici "vieux" ou "vieille" n'est pas péjoratif, contrairement aux sociétés occidentales. Bien au contraire, celà signifie "homme très ancien" ou "femme très ancienne" et plus globalement "celui  (ou celle) qui sait". En effet, les vieux sont garants du savoir, de la tradition. Ils ont aussi la fonction éducative : ils transmettent leur connaissance, l'histoire du groupe, du village aux tout-petits. 

Plus on vit vieux, plus les funérailles seront l'apothéose d'une vie bien remplie, bien vécue. Les chants, les danses, les libations exprimeront la grandeur du vieux qui a "réussi sa mort" comme il aura réussi sa vie. 

"Un vieillard qui disparait, c'est une bibliothèque qui s'écroule." Hampate Ba.

Ici, où la tradition reste orale, les vieux sont importants et donc respectés, symboles de continuité pour la mémoire du groupe et le respect des coutumes. 

Garant de la transmission du savoir aux enfants
Garant de la transmission du savoir aux enfants

Garant de la transmission du savoir aux enfants

Publié dans Beauté, Village

Commenter cet article