L'épopée de Samba Sarr

Publié le par Estelle

Dans le Saloum méridional

Dans le Saloum méridional

Dans un pays lointain, il y avait un jeune homme qui rêvait de devenir le maître d'une terre. Il s'appelait Samba Sarr. Il quitta le royaume du Djoloff pour le Saloum, à la fin de ses études, vers le XIVe siècle. Il se fixa dans un premier temps sur les bords du Saloum, y épousa une jeune fille du nom du Dié Diouf et eurent un enfant Samba Dié Diouf Sarr. La petite famille partit pour Damé, puis, Mbamba serigne, où Samba choisit comme "pentch" (place) un arbre fruitier appelé taba. Il continua pour un autre "pentch" dénommé "Nguédiane", du nom d'un arbre aux feuilles sans fruits. 

Non loin de là, un chasseur du village de Mbassis, qui se prénommait Diégane venait dans ce coin pour chasser les éléphants, nombreux dans la région. Samba Sarr accompagné de ses serviteurs, abattaient des arbres. Les coups de hache intriguèrent Diégane le chasseur, et alla à la rencontre de l'étranger. Le chasseur, lui demanda d'où il venait, ce qu'il venait faire et à quelle famille maternelle (tim en sérère) il appartenanit. Et Samba de lui répondre : "Dama dji nor", ce qui signifie "je sème pendant la saison sèche" ; en d'autres termes, Samba voulait lui signifier qu'il était là pour fonder un royaume, mais qu'il ne savait pas s'il réussirait. Le chasseur, en rentrant dans son village, fît part de la nouvelle, mais, prononça mal le wolof et annonça que l'étranger avait fondé un village du nom de "Djilor", déformation de Dji nor. 

Les deux hommes se lièrent d'amitié, et chaque fois, que le chasseur tuait un gibier, il réservait une part pour Samba. A la fin de la saison sèche, le chasseur rentra à Mbassis et Samba resta à Djilor et devint le roi du royaume qu'on appela le royaume du Diognick. Samba Sarr fit sept fois le tour de son "pentch", et depuis ce temps, tous ceux qui montent sur le trône de Djilor, font 7 fois le tour de la place de Samaba Sarr. 

Samba Sarr fût enterré à Djilor, dans l'emplacement de sa mosquée puisqu'étant musulman. Mais, il n'avait pas cherché à convertir ses compatriotes. La légende raconte qu'avant sa mort, il aurait prédit qu'un arbre fruitier pousserait sur sa tombe, et qu'il serait défendu à ses descendants de manger les fruits de cet arbre. C'est un boabab qui poussa sur le lieu, et les paroles de Samba résonnent encore...

Publié dans histoire, Sérère, Siné Saloum

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article