Le lac pas toujours rose !

Publié le par Estelle

Le lac pas toujours rose !
Le lac pas toujours rose !
Le lac pas toujours rose !
Le lac pas toujours rose !
Le lac pas toujours rose !
Le lac pas toujours rose !
Le lac pas toujours rose !
Le lac pas toujours rose !
Le lac pas toujours rose !
Le lac pas toujours rose !
Le lac pas toujours rose !
Le lac pas toujours rose !
Le lac pas toujours rose !
Le lac pas toujours rose !

Etape incontournable du Sénégal, le lac Retba, plus communément appelé lac Rose. Et bien, nous avons la chance de le voir rose, ce qui n'est pas toujours le cas ! 

Le pourquoi du comment sur cette coloration : certains disent qu'il faut les facteurs soleil et vent pour le voir sous son meilleur jour. Mais, le lac n'est pas toujours rose... et ce serait dû en partie à l'exploitation sauvage et abusive du sel.  Sauvage et abusive car libre et gratuit, pas de taxes, ni de permis de travail, chacun peut s'y adonner comme il le souhaite. Nombreuses sont les pirogues à extraire la quantité voulue pour ensuite la vendre. Quoique gratuite, le travail n'est pas une sinécure ! Les hommes, pêcheurs de sel travaillent péniblement, mais aussi les femmes. Vous porteriez-vous des bassines de plus de 30kg sur la tête, sous un soleil de plomb ??? Et en plus pour pas grand chose ! A titre comparatif, un kilo de sucre coûte 1 000 CFA alors que pour le même prix vous avez 20 kg de sel !!!

L'extraction ne devrait pas être sans règles, afin de préserver le lac qui ne cesse de diminuer... De 32 km2 de superficie, le lac ne fait plus que 12 km2 désormais... certainement dû à l'avancement des dunes de sable qui ont fermé le lac à la mer qui  l'alimentait, l'évaporation et la sécheresse. 

Le lac a connu ses heures de gloire avec l'arrivée du Paris-Dakar, mais délocalisation obligée de l'épreuve, les touristes ne s'y attardent plus forcément. Un manque à gagner certain pour les populations, tant sur le plan touristique que sur le plan plus humanitaire (fini les dons de médicaments, de fournitures scolaires...). Toujours cette même question, pour ou contre ce genre d'épreuves. Pour ma part, je n'est jamais été adepte de ce type d'évènements que je résume (c'est certainement un raccourci facile diront mes détracteurs, mais j'ose quand même) à une course mortelle et polluante ! Absurdité le nom perdure, Dakar c'est pas le Pérou, et les 500 connards sont toujours au rendez-vous !

Publié dans Dakar, Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article