L'eau, un bien précieux !

Publié le par Estelle

Corvée d'eau pour toutes les femmes d'Eloubalir
Corvée d'eau pour toutes les femmes d'Eloubalir
Corvée d'eau pour toutes les femmes d'Eloubalir
Corvée d'eau pour toutes les femmes d'Eloubalir
Corvée d'eau pour toutes les femmes d'Eloubalir

Corvée d'eau pour toutes les femmes d'Eloubalir

Depuis mon premier séjour au Sénégal, j'avais été sensible aux femmes rencontrées qui portaient les bassines d'eaux sur la tête. Et lorsque je rentrais en France, j'évitais et ne supportait plus le gaspillage! Plus encore maintenant que je vis là-bas. Certes, je reste dans de bonnes conditions;  à Dakar il me suffit d'ouvrir mon robinet et l'or précieux coule... Mais je sais ma chance alors je ne surconsomme pas. C'est un devoir et devenu une habitude avec mes nombreux séjours dans les villages !

L'année passée, en appelant la France ma maman allait regarder un reportage de Thalassa sur le Sénégal. N'ayant pas de télé à Dakar, je me décidais quelques jours après de visionner l'émission. Et quelle fut ma surprise des images, des femmes que je connais bien, le village que j'aime tellement : Eloubalir. Quelques temps après, la vidéo dans l'ordi, je partit au village pour montrer le reportage vous imaginez leur joie d'être passé à la TV française... une fierté !

Mais le reportage n'étant pas complet à mon avis, je veux éclaicir quelques points concernant le problème d'eau sur l'île. Le reportage est tourné à la saison séche quand les mares sont asséchées donc effectivement parfois les femmes rament jusqu'à Edioungou pour puiser l'eau douce des puits. Cette eau sert uniquement à la consommation, elle est stockée dans de grands canaris pour la garder fraiche. Sinon pour le reste : la cuisine, la lessive, le bain, les habitants sont rationnés avec l'eau de pluie recueillie dans deux grandes citernes. Durant cette saison, l'eau vaut vraiment de l'or, on ne gaspille rien, c'est pour ça que souvent les enfants iront se laver dans l'eau des bolongs, une eau très salée. Mais ils n'ont pas le choix. 

Durant l'hivernage (la saison des pluies), l'eau des citernes est utilisée pour la consommation. Et pour le reste, c'est l'eau de pluie recueillie qui servira pour tout le reste. Une fois le mois d'octobre arrivé, vers la fin de l'hivernage, quand les pluies se font plus rares, alors l'eau des rizières et des mares est utilisée pour la douche, la lessive, la préparation du repas. 

 "En casamance, on peut être entouré d'eau, on peut avoir soif !"

 

Pour Eloubalir à partir de la 56ème min

Commenter cet article