Au rythme des saisons...

Publié le par Estelle

Au rythme des saisons...
Au rythme des saisons...

Les Bediks, attachent une importance aux différentes fêtes annuelles qui ont lieue et les nombreux rites marquant différentes étapes initiatiques que rencontre les hommes.

L'année rituelle se divise en deux parties : l'hivernage et la saison sèche.

  • En juin, le début de la saison des pluies, commencent les travaux champêtres. Les premières récoltes de maïs et d'arachides (fin août)se font; Les masques, présents dans les champs pour encourager et donner de l'entrain aux travailleurs, disparaissent. En septembre, la première grande fête, Iyala, a lieue au moment où la récolte du fonio commence. Cette céréale est cultivée rituellement dans le champ de l'adem ar ikon (chef du village). Lors de cette fête, le serpent femelle, Ningininga, se manifeste. Masque auditif, il veille sur le village et préside la seconde initiation où les anciens Petits sont intégrés à la grande maison des hommes. Après une deuxième fête, Matyako, en octobre les pluies cessent et les dernières récoltes (mil) sont rentrées au village en décembre. 
  • Les trois premiers mois de la saison sèche (décembre-janvier-février) c'est le règne de l'abondance et trois fêtes villageoises dites "sans sel" (ca signifie qu'elles coutent) Matyang, Meresy et Mehind, ont lieu. Ceux de simples fêtes, pas de rituels et pas d'usyil. Les flûtes, les grands tambours et sonnailles sont de sortie et accompagnent les danses et les chants sur la place... avec bien évidemment la bière de mil coule à flot ! On honore le chef du village. 
  • Durant les trois suivants, c'est le chef de la coutume qui est à l'honneur. C'est lui, qui détient la "calebasse" en forme de louche servant aux libations sur les autels et avec laquelle il va "réveiller" le génie Gindam présidant l'initiation. Pour les hommes, la brousse reprend ses droits, c'est donc le temps pour eux de chasser, collecter le miel et c'est le temps de l'initiation. En avril, c'est la grande fête de l'initiation, Manindam.  Ensuite, viendra la fête pour les femmes, le Gamond. La fête annonce le retour des pluies mais c'est aussi la fête de la fertilité. L'adem ar Usyil conclut cette période en semant son champ, permettant le début des cultures pour tous.
Au rythme des saisons...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article