Etywar, l'origine de la lignée Banapas

Publié le par Estelle

Etywar, l'origine de la lignée BanapasEtywar, l'origine de la lignée Banapas
Etywar, l'origine de la lignée BanapasEtywar, l'origine de la lignée Banapas
Etywar, l'origine de la lignée BanapasEtywar, l'origine de la lignée Banapas

L’histoire du village est parallèle à celui d’Iwol : Etywar a reçu le feu l’après-midi du même jour, et en même temps que Labe, on y retrouve aussi une légende relatant l’arrivée des Keïta. Mais, pas de « misyide », le feu aurait été dans la case des hommes.

D’après la légende, il n’y avait d’abord que des Kamara. Ils vivaient sur le plateau d’Etywar. Ces hommes étaient sortis de cinq excavations qui représentent le nombril du Dieu u-run et où rentrent aujourd’hui les génies. Une forêt séparait Etywar de la plaine de l’actuel Bandafassi. Cette forêt était habitée par un génie malfaisant : gu-ndyid qui empêchait les adultes de passer. Seuls les madyapesya les enfants, pouvaient y circuler. Un jour, ils en revinrent en racontant que dans la plaine ils avaient des hommes, avec des vaches. Les enfants d’une femme qui n’avaient eu que des fils partirent voir. Seul le dernier put vaincre le génie, il était très fort et portait un couteau, un sabre et des fruits rouges comme des balles de fusil. Lui, est allé parler aux hommes de la plaine, on l’a appelé a-nyamba. Ces hommes s’appelaient Keïta et parlaient la même langue. Ils venaient de l’est où ils avaient été chefs, mais, battus, ils partaient à Gabu. L’anyamba leur porta de la bière et du mil, ils lui donnèrent de la bière de maïs. Les Kamara connaissait le mil, le fonio, le pois de terre et les sauces à base de feuilles diverses. Les Keïta, eux, avaient le maïs, l’arachide, le riz et le sel.

Les vieux des deux parties se rencontrèrent près du champ de mil des Buband. Les Kamara demandèrent aux Keïta de rester près d’eux et d’être leurs chefs pour les aider à se défendre. Les Keïta acceptèrent à condition qu’on ne tuât plus les hommes en les transperçant d’une lance sous l’aisselle comme le faisaient les Kamara quand un homme avait commis une faute. On construisit des maisons avec des tiges de mil, et les trois familles Kamara eurent chacune la garde d’une famille Keïta : l’ainé des frères Keïta, Syaro le Banyampay fut confié aux Buband ; le deuxième, Tama, le Balaranke fut confié aux Mabangu. Et le troisième, Dondo, le Bakone fut confié aux Bayar. L’ordre dans lequel s’installèrent ces familles dans les deux moitiés du village est encore respecté aujourd’hui à Etywar et Bantata.

L'histoire des villages est liée à l'histoire des lignées. Deux lignées, les Biwol venant d'Iwol  ou ses environs. Les lignées Banapas ont pour origine Etywar. Durant la guerre d'Alfa Yaya, les habitants d'etywar se réfugièrent à Anapas en pays Bassari. Cette distinction daterait-elle ce cette période ? Rien n'est sur ! La langue parlée par les Banapas devrait se rapprocher du Bassari et bien c'est tout le contraire. Chaque lignée a sa propre organisation annuelle, différents rites et masques. Les classes d'âge sont plus développées chez les Banapas.

Commenter cet article