Iwol, "la capitale" du pays Bedik

Publié le par Estelle

Iwol, "la capitale" du pays BedikIwol, "la capitale" du pays Bedik
Iwol, "la capitale" du pays Bedik
Iwol, "la capitale" du pays BedikIwol, "la capitale" du pays Bedik

La légende raconte que la fondation d’Iwol a eu lieu en même temps que celle de Timbo en Guinée. Le feu aurait été déposé le même jour dans les deux localités. Il existe au centre du village une « misyide » (mosquée) qui consiste en un toit de paille, supporté par des poteaux de bois, sous lequel on distingue des pierres cachant peut être un orifice. Cette « misyide » est confiée à la garde des Basimbo Keïta. Les Bediks affirment qu’il existe à Timbo une « misyide » semblable et quand le toit doit être réparé, les Peuls avertissent le chef d’Iwol. Il faut, en effet, que le toit de celle d’Iwol soit refait le premier pour respecter l’ordre dans lequel ces lieux ont reçu le feu. Ils disent que si ce toit venait à se percer, les pluies s’arrêteraient.

Pour les habitants d’Iwol, le village aurait été peuplé par des Keïta, alors que les Kamara et Sadyaxo habitaient Egung, un village voisin qui était situé, avant que la guerre des Peuls ne le détruise, en face de l’actuel village d’Apen où vivent encore des Kamara et des Sadyaxo.

Iwol résista aux assauts des Peuls et se défendit avec les abeilles : quand les abeilles piquaient un peul, il vomissait du sang et mourait.

Aujourd’hui, Iwol est organisé en fonction des familles Keïta. Chaque lignée Keïta a sa famille d’a-nyamba qui lui sert d’assistant, porte le même nom mais est Kamara.

La chefferie peut être occupée par des hommes des trois familles : Bayar Basyingira, Bayar-Bindan et Batyalka.

Mosquée de Timbo

Mosquée de Timbo

Iwol détient plusieurs monuments lithiques, survivants du mégalithisme de l'âge des métaux. 

A Iwol-Haut, non loin de la case des sacrifices et de la case des initiés se trouvent deux groupes de pierres, des lames de roches sonores d'origine volcanique.

C'est un lithophone problable, un instrument de musique datant de la pré-histoire, rencontré en Chine notamment. Il s'agit d'un instrument à percussion formé d'un ensemble de pierres sonores, soit posé à terre, soit suspendu, frappé au moyen de baguettes en bois ou d'autres pierres. Ici ils ne servent plus, mais dans d'autres villages où ils ont été désacralisés les enfants peuvent parfois s'amuser à les faire résonner.

Lithophone à IwolLithophone à Iwol

Lithophone à Iwol

Commenter cet article