Le Gamond : rite de fécondité chez les Bedik

Publié le par Estelle

Le Gamond : rite de fécondité chez les Bedik
Le Gamond : rite de fécondité chez les BedikLe Gamond : rite de fécondité chez les Bedik

Le gamond est un rituel de fécondité de la femme et de fertilité du sol chez le groupe ethnique Bédik qui est l’une des composantes des populations Tandanké ou Tenda. Ce rituel a lieu chaque année avant les premières pluies. La date de sa tenue est arrêtée par le chef religieux appelé Agnera. Il doit coïncider avec la pleine lune et commencer un jour de mercredi. Sa durée est d’à peu près une semaine. Durant ce rituel on assiste à des offrandes et à des prières, adressées en particulier à Udusha et Usil qui sont parmi les Esprits les plus importants chez les Bédik. Les prières faites au moyen de vin de palme versé par intermittence sur les autels, doivent contribuer à rendre les femmes et la terre fécondes. Les femmes préparent l’évènement avec minutie, prenant leur part de responsabilité pour que la manifestation soit réussie. Elles se font de belles toilettes grâce auxquelles, elles pourront participer aux danses exécutées au son des flûtes en bois et accompagnées de leurs chants. Par ces danses, prennent part les masques Lukuta et Makagran, elles favorisent leur propre fécondité et celle de la terre nourricière. La plupart des catégories d’âge sont intéressées, c’est l’occasion de l’initiation des enfants et des adolescents, afin de parfaire leur intégration dans une société attentive aux divers paliers de la vie. Les enfants se préparent en tressant des jambières. Les mères de beaux pagnes, de colliers et de foulards noirs et rouges. Ils s’en iront alors en brousse, pour revenir lourdement chargé de gerbes de branches vertes, qui témoigneront de leur courage et de leur endurance. La fin du Gamond est annoncée par l’apparition du masque blanc qui de bon matin, se tiendra sur un rocher au milieu du village.

Commenter cet article