Baptême chez les Diolas

Publié le par Estelle

Avec le petit Siakha

Avec le petit Siakha

Ce dimanche à Eloubalir, c'est une étape importante pour le petit Siakha venu au monde il y a quelques jours. C'est le jour de cérémonie du baptême Diola. 

Les symboles suivants y sont déposés : les branches du Cade (les chemins de la vie sont parfois épineux ; semés d’embûches), un arc de pêche et un arc de guerre (des instruments pour nourrir sa famille, mais aussi pour la protéger en cas de sa famille, mais aussi pour la protéger en cas de guerre), le kajandu, un instrument de travail (tu gagneras ton pain à la sueur de ton front) ; la farine de riz, une clé de la chance et de l’eau, signe de vie et de purification.

Au petit garçon, on cite les noms des ancêtres de tous les clans qui composent le Mof Awii dans lequel il est venu vivre. Une manière de l’insérer dans la communauté des vivants, mais aussi à celle des ancêtres morts dont il est descendant.

Quant à la petite fille, elle est présentée directement à l’autel des ancêtres de la famille dans laquelle elle est née, un autel qui est rattaché à l’autel central dont la gestion est confiée au grand-prêtre. La fille étant appelée à quitter la concession et le clan pour aller se marier ailleurs, les rites de leur insertion dans la communauté diffèrent de ceux du garçon. Un proverbe dit d’une femme : « qu’elle est une feuille que l’on dépose dans l’eau », elle s’arrêtera au port qui voudra bien l’accueillir...

Ce dimanche à Eloubalir c'était jour de baptême !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article