L'arachide , l'or du Sénégal !

Publié le par Estelle

L'arachide , l'or du Sénégal !

pL’arachide, elle est partout : grillée et salée en apéritif, caramélisée en en-cas, en sauce avec du bœuf ou du mouton. Elle sert à tout, de l’huile au savon. Cette petite graine appelée ici « guerte » ne compte pas pour des cacahuètes dans la vie sénégalaise !

Du côté de Kaolack, son odeur révèle sa présence bien avant les seccos (pyramides d’arachides) servant de points de  collecte.

Mais avant d’être appréciée en apéritif ou en sauce dans le plat nommé le « mafé », l’arachide, sans doute débarquée du Brésil au XVIe siècle, servait à nourrir les cargaisons d’esclaves sur les navires portugais. Plus tard, quand les Français se rendirent compte de l’échec du programme agricole tenté au Sénégal (colza et autres oléagineux), les compagnies marseillaises et bordelaises ne furent pas à cours d’inspiration. Justement, certains travaux au Sénégal montraient que l’arachide produisait une huile de qualité. Qui plus est, elle pouvait être utilisée comme liant dans la fabrique de savon. D’où le nombre important de toutes ces huileries et savonneries…

Dans les années 30, années de crise, la France se replia sur ses colonies. Textiles, sucre, quincaillerie, toutes ces nouvelles nécessités arrivaient au Sénégal, tandis que la petite liane accumulait ses graines toujours plus nombreuses dans les seccos, direction la métropole.

En 1980, sa part dans les exportations n’était plus que de 50% ; elle est actuellement de moins de 10%. Est-il encore possible de se passer de l’arachide ?

Des alternatives sont trouvées, notamment avec l’avènement de la culture du sucre et du riz. Les Niayes, région où une eau saumâtre se trouve tout près du sol, et la Casamance, ont également attiré des investissements d’importance dans les cultures vivrières et fruitières.

En mai 2003, le gouvernement efface la dette des paysans. Ce cadeau, de l’ordre de plus de 8 millions d’euros, a pour but d’aider le milieu rural secoué par les sécheresses. 

L'arachide , l'or du Sénégal !

Sa composition en fait un plat parfois lourd à digérer, mais le goût est exquis !

INGREDIENTS (6 personnes)

  • Viande : 1 kg
  • Huile d’arachide : ¼ L – Pâte d’arachide : 200g
  • Oignons : 2
  • Concentré de tomates : 100g
  • Ail : 1 gousse
  • Choux : 1 – Carotte : 1 – Patates : 3
  • Piment : 1
  • Sel, poivre, laurier

PREPARATION

  • Dans une cocotte, mettre à chauffer l’huile et faire dorer la viande coupée en morceaux, ajouter un oignon et une moitié d’ail (coupé en fins morceaux). Saler.
  • Laisser mijoter environ 2 minutes.
  • Verser la tomate délayée dans un peu d’eau, laisser mijoter encore un peu.
  • Ajouter 1 et demi d’eau et attendre l’ébullition.
  • Piler un oignon et une moitié d’ail, un peu de piment séché et du poivre.
  • Ajouter la pâte d’arachide délayée dans un peu d’eau et ce mélange déjà pilé. Laisser cuire une demi-heure.
  • Mettre les légumes en commençant par les plus durs à cuire la carotte, le navet, les choux et 5 à 10 minutes après les patates coupées en deux. Laisser cuire demi-heure.
  • Remuer souvent afin que la pâte d’arachide n’attache pas.

Servir chaud avec du riz blanc.

Publié dans cuisine, Flore, histoire, Nature, plante

Commenter cet article