On ne devient pas griot, on naît griot !

Publié le par Estelle

Quelques griots SénégalaisQuelques griots SénégalaisQuelques griots Sénégalais

Quelques griots Sénégalais

Les Djélis, plus connus sous le nom de griots sont les maitres incontestés de la parole. C'est sous l'empire du Mali, sous le règne de Soundiata Keïta qu'émergent le rôle des griots. Dans les cours royales, les griots étaient des appuis puissants aux souverains. Historiens, conteurs, ils constituaient la mémoire de ce pays. Sans eux, pas d'histoire et beaucoup de traditions auraient disparues.

Le mot Griot vient du mot espagnol "criardo", "crieur public", celui qui se promène avec son tam-tam sous le bras. Les ancêtres ont accepté cette appellation mais, djéli correspond mieux. En mandingue, Djéli signfie "le sang". Sans le sang, le corps humain ne fonctionne pas, sans le griot la société ne peut pas tourner correctement. C'est le cordon ombilical entre l'homme et sa culture. C'est celui auquel on a confié le patrimoine culturel.

Les Djélis sont les artisans du verbe, soumis à une loi votée sous le règne de Soundiata Keïta en 1236. Personne ne doit parler en public en présence d'un griot, seul le griot peut s'exprimer. Griot, on le devient de père en fils. L'enfant commence son apprentissage dès l'école. Etre griot, c'est appartenir à la caste des djélis, caste qui peut être identifié par le nom de famille  : Kouyaté, Diabaté, Niakaté... Il n'est pas possible de passer d'une caste à l'autre. Les Djélis, porteurs des savoirs et des mystères, ne peuvent épouser que des membres de leur caste afin de sauvegarder la djéliya.

 Avant les griots partaient de ville en ville pour apporter des messages, bien soutenus, accompagnés d'un instrument choisi par lui-même (kora, balafon,...). Les griots sont des instrumentistes et conteurs, les griottes, elles chantent, content aussi, mais ne sont pas instrumentistes. Le griot est aussi un mediateur, entre parents et enfants, entre frères et soeurs, entre maris et femmes, entre un père et son fils et çà n'importe où dans le pays.  Il est aussi généalogiste, il peut faire étalage de l'arbre généalogique de toute une famille.

Au Sénégal, certaines ethnies comme les sérères, les Lébous, n'enterraient pas leurs griots mais les déposaient à l'intérieur des troncs creux de gros boababs.

 

 

Commenter cet article