Chez Etienne, un gardien des traditions.

Publié le par Estelle

Chez Etienne, un gardien des traditions.

Nous retournons au village de Séléki, en se baladant, nous tombons sur un homme charmant, Etienne Bassène qui nous montre sa bâtisse. Une belle case à impluvium comme dans la tradition, et il en est fier. Et oui, fier d'être revenu au village en construisant une case comme ses ancêtres le faisaient, en utilisant tous les matériaux sur place. Il nous raconte que c'est une association espagnole qui l'a aidé dans le financement de son projet. Déjà, d'autres cases à impluvium ont été construite à côté et il est heureux que son projet est donné une sorte d'émulation pour les autres. Il nous explique ses traditions, la richesse des Diolas et son envie de faire perdurer toutes ses valeurs. Nous nous quittons en se donnant rendez-vous le lendemain chez lui pour assister au premier jour des pré-initiations, une fête en perspective...

C'est jour de Pâques, mais nous sommes en pays diola alors place à l'animisme. Nous retournons chez Etienne, dans sa famille. Les femmes à la cuisine, prépare le repas de fête Et le coq qui sera sacrifié pour le début de la fête. Les hommes sont regroupés autour du vin de palme...

Nous retrouverons Etienne, dans la soirée musicale et dansante, organisée pour les enfants afin qu'ils puissent partir en colonie de vacances. Une bonne action et beaucoup de plaisir de participer...alors place à la fête! Merci Etienne pour cette disponibilité et ses échanges.

Chez Etienne, un gardien des traditions.
Chez Etienne, un gardien des traditions.

Publié dans Village, Casamance, Diolas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article