Aline Sitoé Diatta, Reine et prêtresse rebelle...

Publié le par Estelle

Aline Sitoé Diatta, Reine et prêtresse rebelle...

fHéroïne de la résistance casamançaise.

Née en 1920 à Kabrousse, la fille de Silisia Diatta et d’Assonelo Diatta, est devenue le symbole de la résistance de la Casamance à toute forme de domination.

Cette jeune femme frêle n’a pas eu besoin de fusils, de bombes pour ébranler le pouvoir colonial !

C’est par la seule force de ses idées qu’elle a su mener son combat contre l’envahisseur de son pays.

Très jeune, elle quitta son village pour aller travailler à Ziguinchor comme docker, mais à cause des conditions de vie éprouvantes, elle va quitter la Casamance pour Dakar, où elle sera bonne à tout faire chez un colon.

En mars 1940, en se rendant au travail, elle entendit une voix lui dire « Rentre chez toi, où il t’arrivera malheur !».

Mais elle n’a pas obtempéré et au quatrième jour, à son réveil, elle constata qu’elle était paralysée.

Elle sera ramenée en Casamance où la paralysie cessa dès son arrivée, mais elle en gardera des séquelles, notamment en boitillant.

Elle demanda à son peuple le refus catégorique de toute activité imposée par les colons (refus de payer l’impôt en espèces ou en nature, rejet de la culture d’arachide au détriment de celle du riz, recrutements / enrôlements pour la guerre) et engagea celui-ci sur le chemin de la résistance.

En outre, elle disait aussi être porteuse d’un message divin qui consistait en un retour aux sources.

Ainsi, elle réhabilita l’ancienne semaine diola des 6 jours (6 jours travaillés et repos le septième jour), ordonna des sacrifices, de nouvelles formes de prières, une nouvelle religion traditionnelle.

Faiseuse de miracles.

Une sécheresse s’étant abattue sur son village, la population lui demanda d’agir.

Pour certains, c’est après une concentration, suivie de ses incantations que la pluie vint et que la sécheresse fut balayée.

Pour d’autres, c’est après le sacrifice de bœufs noirs que les pluies bienfaisantes arrosèrent les rizières desséchées.

Elle fut aussi capable d’accomplir des miracles.

Elle commença par guérir des malades rien que par une imposition de mains.

Cela s’était produit presque à son insu : Elle rendait visite à une famille et miraculeusement, dès qu’elle tournait le dos, un homme ou une femme alités retrouvaient leur entrain grâce à la poignée de main d’Aline.

De nombreuses délégations villageoises se rendirent à Kabrousse pour la rencontrer.

L’audience de la prophétesse ne cessa de croître car, en plus des différents miracles qu’on lui attribuait, son message de respect pour les traditions, touchait tous les groupes ethniques, quelle que soit leur religion.

Et comme l’ancien Roi de Casamance était mort, et que son successeur ne pouvait être qu’une personne douée de pouvoirs surnaturels, on pria Aline Sitoé Diatta d’assumer la charge.  "Elle fut sacrée reine"

Rebelle et insoumise.

Devant le nombre de plus en plus important de gens qui venaient en "pèlerinage" ou qui se réclamaient de ses "idées" ou qui désobéissaient aux "toubabs", les colons sentant le danger grandir de plus en plus, se lancèrent à sa recherche...

L’administration coloniale décréta qu’elle était rebelle et insoumise, qu’elle prônait une insurrection rampante, qu’elle s’opposait à la France et qu’elle était à abattre.

C’est ainsi que les soldats arrivèrent un jour où elle était en règles "menstruelles" (chez les diola, les règles sont considérées comme impures et la femme en règles doit, entre autres, quitter son domicile pour aller dormir dans un lieu réservé à cet effet).

Ils tirèrent sur ceux qui se trouvaient dans les alentours tuant une femme qu’ils prenaient pour Aline Sitoé, (la coépouse nous dit-on).

Le lendemain, pour éviter que d’autres innocents furent tués, elle alla elle-même se présenter aux colons. Aline Sitoé Diatta fut arrêtée, le 8 mai 1943.

La Reine-prêtresse de Kabrousse alla d’une prison à l’autre au Sénégal et en Gambie et finalement fut déportée à Tombouctou, au Mali, où elle sera déclarée morte en 1944.

Elle a probablement succombé aux brimades, aux tortures aux privations de nourriture et au refus de la soigner lorsqu’elle tombait malade.

Son nom fût donné au nouveau ferry reliant Dakar-Ziguinchor, après le terrible naufrage du Jola.

Publié dans Casamance, histoire, Diolas, femme

Commenter cet article